Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 08:05
Le titre de séjour provisoire de Sengsoury expire le 30 novembre 2007
Si le cas n’est pas aussi dramatique que celui de familles placées dans une totale détresse, la situation de Sengsoury est cependant symbolique de l’imbécilité des lois régissant actuellement la délivrance de visas dans notre ex belle terre d’asile.
Orphelin de père (sa mère travaille au Laos), Sengsoury arrive en France en 2001 pour poursuivre ses études après la classe de 3e. Il veut travailler dans l’hôtellerie-restauration. Il s’inscrit au lycée des métiers Françoise-Dolto d’Olivet. En juin dernier, il obtient son bac pro avec mention. Une attestation de la proviseure de l’établissement dit de Sengsoury qu’il est « un élève sérieux au comportement sans faille ». L’été dernier, comme son statut d’étudiant lui permet de travailler jusqu’à vingt heures par semaine, il se fait engager comme serveur saisonnier au dans un restaurant des bords du Loiret. Là encore, le directeur de l’établissement réputé assure que Sengsoury « a donné toute satisfaction dans son travail ».

C'est Ubu. Fort de ces encouragements, le jeune laotien décide de se perfectionner en préparant, toujours au lycée Dolto, en BTS en alternance. Durant l’été, il signe un contrat de travail avec Disneyland Paris. Las. Le temps de travail qu’il aurait à effectuer dans le cadre de cet emploi en alternance dépasse le maximum autorisé par son visa d’étudiant. Et la préfecture du Loiret, sollicitée, refuse de lui délivrer un nouveau titre de séjour qui l’autoriserait à travailler le nombre d’heures prévues au contrat. Renseignements pris auprès de la préfecture : la règle est de ne pas délivrer de titre de séjour « salarié » pour un contrat en alternance ! Pourquoi ? On ne sait pas. C’est comme ça. Et pourtant, si Sengsoury a souhaité faire cette formation en alternance, c’est aussi pour pouvoir subvenir lui-même à ses moyens : payer un loyer, acquitter des cotisations sociales, etc… Sengsoury e bien entendu la possibilité d’arrêter ses études et de chercher un emploi à temps plein dans son domaine de prédilection. C’est Ubu. D’autant plus que la préfecture ne manquerait pas alors, d’interroger la direction départementale du travail sur l’état du marché de l’emploi dans ce secteur. Laquelle donnerait probablement un avis défavorable, compte tenu du grand nombre de demandeurs d’emploi dans l’hôtellerie – restauration, oubliant le nombre de chefs d’entreprise de ce secteur qui n’arrivent pas à trouver les salariés qualifiés dont ils ont besoin.
Reste que le préfet du Loiret a la possibilité, en vertu de son pouvoir discrétionnaire, de passer outre la règle qui n’a pas force de loi et l’avis de la direction du travail. Faute de quoi Sengsoury devra soit trouver un travail moins qualifié que celui auquel il pourrait prétendre avec un BTS, soit voir son nom ajouté à la longue liste des sans-papiers et vivre de petits boulots au noir, soit encore préparer un BTS sans alternance sans avoir les moyens de vivre, ou, enfin, repartir dans son pays de naissance qui n’est pas, à la voir – et je l’ai rencontré – celui de son cœur.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Profil

  • Pascal Martineau
  • Journaliste de métier, collaborateur parlementaire, écrivain public-biographe, j'aime les mots.
  • Journaliste de métier, collaborateur parlementaire, écrivain public-biographe, j'aime les mots.

logo ecrivain 

Découvrez mon activité d'écrivain public agréé

 

Président de  l'Academie des écrivains publics de France

Recherche

Le temps qui passe

Archives

Faites connaître mon blog

J'invite les lecteurs occasionnels ou réguliers qui ne sont pas encore abonnés à le faire ("Recevoir des alertes" ci-dessous). Vous serez ainsi automatiquement informés de la publication d'un nouvel article. Le désabonnement est aussi simple que l'abonnement.

J'invite celles et ceux qui sont déjà abonnés - et je les en remercie par avance - à faire connaître mon blog en utilisant le module "recommander ce blog" ci-dessous.